Des modèles de peau reconstruite sur mesure pour l’évaluation cosmétique. LabSkin Créations by Régine Frick Premium Beauty News

4 juin 2015 - 0 commentaire

Premium Beauty News – Vous avez créé LSC début 2014. Quels services proposez-vous ?Amélie Thépot – LabSkin Creations a été créé en collaboration avec le Dr. Odile Damour pour mettre en œuvre l’héritage en reconstruction tissulaire que le Laboratoire des Substituts Cutanés HCL/CNRS (Hôpital Edouard Herriot, Lyon) met en œuvre en recherche clinique [1] depuis 1988. Nous exploitons un modèle de peau reconstruite « full-thickness » (derme et épiderme) pour des prestations sur mesure d’évaluation de l’efficacité d’ingrédients ou de produits à usage cutané.Le support de culture cellulaire breveté est basé sur une matrice unique composée d’éléments essentiels de la matrice extracellulaire (MEC) : le collagène et les glysosaminoglycanes insolubilisés par le chitosan. Cette matrice poreuse a été optimisée pour recréer un environnement physiologique propice à la colonisation cellulaire in vivo et in vitro. On reproduit ainsi fidèlement un derme fonctionnel dans lequels tous les éléments de la MEC sont synthétisés et déposés de manière organisée. Ainsi, les interactions entre les deux compartiments ont permis pour la première fois le dépôt in vitro d’un tissu élastique organisé et fonctionnel alors que jusqu’alors, l’élastine était retrouvée sous forme soluble dans le milieu de culture [2].Premium Beauty News – Quels sont les particularités des derniers modèles développés ?

Amélie Thépot – Ce modèle est le premier qui soit modulable et adaptable à façon, c’est une source permanente d’innovations et d’inspirations scientifiques. Les types cellulaires utilisés, l’âge et l’origine anatomique des cellules (jeunes vs. âgées / photoexposées vs. photoprotégées), le temps de culture, le moment et le type d’application de l’actif (topique vs. systémique) sont autant de variables possibles au même titre que les différents stress à appliquer comme la pollution, l’exposition UV, les sollicitations mécaniques… Pour Le Laboratoire des Substituts Cutanés et LabSkin Creations cette peau reconstruite est une source permanente d’innovations et d’inspirations scientifiques.

Nos dernières avancées portent sur des modèles mimant la sénescence sur des temps de culture très longs, jusqu’à 120 jours alors que les cultures standards s’arrêtent à 42 jours. Nous testons ainsi des actifs durant toute la reconstruction tissulaire et justifions de leur efficacité sur la reconstruction dermique et épidermique d’un point de vue mécanistique et biologique. Nous avons par ailleurs développé des modèles de peau reconstruite « chimérique » basés sur des combinaisons de cellules provenant de donneurs d’âges différents mettant en évidence le dialogue entre les différents compartiments cutanés et leur implication dans les dommages associés au vieillissement et particulièrement sur la reconstruction et la maturation de la jonction dermo-épidermique. Le réel avantage que nous proposons à nos clients est le développement de modèles sur mesure, qui répondent exactement à la problématique posée.

Premium Beauty News – Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Amélie Thépot – À l’image de la haute couture, nous avons voulu créer le concept de « Haute Culture » avec trois étapes séquentielles :
1) Le design et la conception du modèle de peau reconstruite selon le cahier des charges du client et adaptés au produit d’intérêt testé. Le 3D Skin Designer®.
2) La production et la réalisation du modèle de peau reconstruite à façon avec l’application du produit fourni par le client. Le 3D Skin Factory ®.
3) L’observation de l’effet global de l’actif à l’aide de la coloration histologique qui permet de guider les recherches et explorations complémentaires : le 3D Skin Scanner®.

Ensuite, deux types d’approches sont proposés : l’approche tissulaire avec l’étude des marqueurs cutanés par immuno-détection et l’analyse quantitative par traitement d’images ainsi que l’approche moléculaire. Celle-ci s’intéresse à la modulation par l’ingrédient actif de l’expression de gènes et/ou de protéines d’intérêts dans la peau reconstruite. On le réalise par analyse protéomique ou par analyse génomique. Un rapport scientifique est livré avec les preuves de l’efficacité du produit illustré et quantifié décrivant le protocole, résumant et analysant l’ensemble des résultats, fournissant toutes les images et vidéos générées et les analyses quantitatives associées.

Premium Beauty News – Qui sont vos clients ?

Amélie Thépot – Notre offre s’adresse aussi bien aux fournisseurs d’actifs cosmétiques que de produits finis. Cependant nous avons aussi des clients de l’industrie agroalimentaire et pharmaceutique. Le secteur de la recherche académique a également un intérêt certain dans nos techniques pour mettre en place des études plus fondamentales.

Lors de la journée post IFSCC du 31 octobre 2014, une visite des Laboratoires des Substituts Cutanés et de LabSkin Creations est prévue

Propos recueillis par Régine Frick

Notes

[1] « Evolution of three dimensional skin equivalent models reconstructed in vitro by tissue engineering », Auxenfans C, Fradette J, Lequeux C, Germain L, Kinikoglu B, Bechetoille N, Braye F, Auger FA, Damour O (2009) Eur. J. Dermatol 19 : 107-13

[2] « Keratinocytes influence the maturation and organization of the elastin network in a skin equivalent », Duplan-Perrat F, Damour O, Montrocher C, Peyrol S, Grenier G, Jacob MP, Braye F (2000) J. Invest. Dermatol. 114 : 365-70

© 2014 – Premium Beauty News – www.premiumbeautynews.com

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.