L’ARPP invitée à la conférence « Quelles nouvelles règles pour les allégations cosmétiques ? » organisée par la FEBEA

4 février 2019 - 0 commentaire

L’ARPP, invitée à la conférence sur les allégations cosmétiques : « Quelles nouvelles règles pour les allégations cosmétiques ? » organisée par la FEBEA ce mercredi 16 janvier 2019 au MEDEF – 55 avenue Bosquet – 75007 PARIS, sous la présidence d’Erica MENNESSON (Directrice Qualité, Affaires Réglementaires et Objectivation des marques Nuxe/Bio – Vice-présidente du Bureau Technique – FEBEA).

Avec plus de 200 inscrits, ce sera l’occasion de faire le point sur l’évolution des règles déontologiques et les modifications apportées à la 8ème version de la Recommandation ARPP Produits Cosmétiques, statutairement adopté par le Conseil d’Administration de l’ARPP du 17 octobre 2018, et qui entrera en application effective au 1er juillet 2019, laissant ainsi une large place à l’information et à la pédagogie jusqu’à cette date.

Julie Joseph, Responsable de l’actualisation des règles d’éthique (ARPP) et Anne Dux, Directrice des Affaires Juridiques et Réglementaires (FEBEA) présenteront à deux voix ces changements.

L’objectif de cette nouvelle version souhaitée par les professionnels du secteur, est d’assurer la prise en compte des critères communs publiés par le Règlement (UE) N° 655/2013 de la Commission du 10 juillet 2013 établissant les critères communs auxquels les allégations relatives aux produits cosmétiques doivent répondre pour pouvoir être utilisées, ainsi que du Document Technique du 3 juillet 2017  [1] publié par la Commission européenne.

Les principaux ajouts portent sur les articles de la Recommandation ARPP Produits cosmétiques :

  • 1.2 Preuves. Il est précisé que « Lorsque les propriétés cosmétiques d’un ou de plusieurs ingrédients entrant dans la composition du produit sont mises en avant dans la communication publicitaire, leur efficacité dans le produit fini doit pouvoir être par ailleurs démontrée. »
  • 1.3 Présentation des performances d’un produit : un travail sur la mise en avant de la nature des tests a été effectué ; il s’agit de distinguer les tests objectifs des tests de satisfaction afin de clarifier les communications.
  • 1.4 Présentation des résultats seul le résultat moyen constaté sur la population testée peut être mis en avant.
  • 2.2 Allégation « sans » : l’allégation « sans l’absence d’un ou plusieurs d’ingrédients » est possible si elle ne constitue pas l’argument principal de la communication mais apporte au consommateur une information complémentaire et qu’elle répond aux critères communs : conformité avec la législation, véracité, éléments probants, sincérité, équité, choix en connaissance de cause et aux bonnes pratiques.
  • 2.4 Allégation “hypoallergénique” : une définition des critères à retenir pour revendiquer cette propriété a été ajoutée.
  • Un nouveau paragraphe 2.9 Allégation “peau sensible” : il donne une définition des critères à retenir pour positionner un produit cosmétique comme destiné aux peaux sensibles.
  • 3.1 Produit cosmétique naturel : mis à jour au regard des dernières normes.

Saluons un secteur précurseur, qui depuis 1974 est particulièrement attentif à préserver la confiance du public, dans une démarche sincère de responsabilité, de concert avec l’autorégulation professionnelle concertée.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire.